Lettre aux compatriotes de la diaspora: L’Epouse-Parole

Visits: 0

Chers compatriotes de la diaspora, c’est un honneur pour moi de vous écrire à nouveau cette lettre dont j’espère, vous fera certainement du bien. Etant donné que toutes les tables sont remplies de vomissures, si réellement vous ne mangez pas cette nourriture appropriée pour votre âme, vous ne pourrez jamais croître comme le Seigneur le souhaite afin d’être à la stature parfaite d’un fils de Dieu.

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par Elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans Elle. En Elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes ».

Mais avant la Parole, où étiez-vous ? Avant qu’une étoile ne soit formée, avant qu’il n’ait une lune et que le soleil ne projette son premier éclat de lumière, vous étiez en Dieu, et vous aviez été manifestés ici sur cette terre, tel des pèlerins voyageurs, avant de retourner en Dieu où vous étiez au commencement.

C’est la raison pour laquelle vous n’aviez fait aucun effort pour croire à ce Message, comparativement à d’autres personnes qui L’écoutent mais continuent leur chemin tout tranquillement sans soucis. Mais comme vous aviez été prédestinés avant la fondation du monde, quand vous aviez écoutez la Voix de Dieu pour la première fois comme cet aiglon là qui se trouvait parmi les poulets par erreur, et a entendu le cri de la mère aigle, vous aviez reconnu cette Voix de l’Epoux-Parole et vous aviez arrêter de picorer les verres de terre infectés pour vous nourrir désormais de la chair fraîche saignante de la Parole révélée en ce temps du soir, la nourriture des aigles sortie directement du trône du Roi des rois.

C’est un privilège mon frère, c’est une grâce étonnante ma sœur pour toi d’appartenir à ce petit groupe des méprisés de la terre, toi qui n’as jamais été compris et dont on traite de tous les mauvais noms ; mais tu fais partie de la famille Royale, l’Epouse-Parole.

L’Epouse-Parole ne se nourrit pas de la vieille manne contaminée du temps de Wesley, c’est la nourriture des vautours et des corbeaux. L’Epouse-Parole ne se nourrit pas de la nourriture infecte d’une certaine dénomination qui a fait son temps et n’a plus d’impact dans le cœur du croyant ; ce genre de repas est réservé aux chouettes et aux hiboux.

L’Epouse-Parole se nourrit de la manne fraîche, de la chair fraîche ; elle se nourrit de la nourriture spirituelle au temps convenable, de la Parole révélée au temps du soir apportée pas par un docteur en théologie, mais par l’Elie de Malachie 4 :5/6 ; cette nourriture qui prépare l’Epouse de Christ à l’Enlèvement.

Mes bien-aimés, vous n’avez qu’une seule préoccupation présentement : Ecouter la Voix de Dieu. En temps favorable ou non, écoutez la Voix de Dieu. Dans vos maisons, au bureau, au marché, au collège ou dans vos campus écoutez la Voix de Dieu car c’est en Elle qu’il y a la Puissance qui vous emmènera à la rencontre de votre Epoux-Parole dans les airs.

Oh quel bonheur de Le connaitre, l’Ami qui ne saurait changer. De L’avoir ici-bas pour Maître, pour Défenseur et pour Berger. Chantons !

Chantons, chantons d’un cœur joyeux, le grand amour du Rédempteur, qui vint à nous du haut des cieux, et nous sauva du destructeur.

Emmanuel Mabvuer

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 28 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez