MEDITONS ENSEMBLE Une citation du Prophète WILLIAM MARRION BRANHAM – SE RANGER DU COTE DE JESUS—01/06/1962

Visits: 10

SE RANGER DU COTE DE JESUS—01/06/1962

26 Maintenant, je remarque de quelle manière les églises – l’évangélisation a commencé à se répandre partout. Et alors nous prendrons par exemple le – Paul qui était devenu un grand missionnaire envoyé auprès de notre peuple. Nous découvrons qu’il allait partout où le Seigneur le conduisait, et il établissait une église. Et c’était une nouvelle foi. Les églises de ces jours-là, comme en Asie Mineure, partout à travers l’Europe, elles – elles ne croyaient pas ce Message-là. Et après qu’il eut prêché le Message et que plusieurs s’Y furent convertis, il n’y avait alors personne… S’il avait laissé les gens dans cette condition, ils auraient erré pour retourner carrément à leurs dieux païens, au judaïsme ou à quelque chose d’autre, parce que les gens n’auraient eu personne pour les enseigner, les – les convertis. Ils n’avaient pas d’endroit où aller, ainsi Paul établissait églises à divers endroits du pays.

27 Dans chacune de ces églises, il laissait quelqu’un qui était juste, un homme qui était digne de confiance, un homme qui était reconnu comme pasteur, berger, ou un… Puis après, cette église devenait alors… D’autres petites églises naissaient d’elle. Des jeunes gens et des hommes âgés se levaient et formaient des églises à partir de celle-là. L’homme qui était à la tête de la première église était appelé évêque. Et puis ses – ceux qui étaient sortis de lui – ses enfants étaient appelés bergers ou pasteurs. Et alors ce groupe de petites églises revenaient toutes auprès de cet évêque.

28 Il en était de même au temps d’Irénée, il a continué la même chose. Martin a continué la même chose. Polycarpe a continué la même chose. C’est ce qu’ils avaient tout au long des âges. Et puis l’apôtre de l’église, l’apôtre qui était le – Paul… Et lorsque Paul est parti, Jean a pris la relève de l’église. Et lorsque Jean est parti, Polycarpe en a pris la relève. Lorsque Polycarpe est parti, Irénée en a pris la relève. Cela a continué jusqu’à Martin et – et ainsi de suite. Cela a tout simplement continué jusqu’au moment où l’église Catholique romaine a tout mis en pièces et les a brûlés et dispersés. Et le gazam a mangé ceci et le jélek a mangé cela, ainsi de suite, a mangé, a mangé cela jusqu’à ce que la chose a été réduite à une tige.

29 Bon, mais Dieu a promis de restaurer de nouveau cette même chose. J’ai -je crois de tout mon coeur que nous vivons dans les derniers jours. Je crois qu’il – qu’il ne reste pas grand-chose qui briserait ce… n’importe quoi… et il se peut que mon interprétation des Écritures soit fausse et que Jésus ne vienne pas ce soir. Je crois cela – le peu de choses qui ne sont pas encore accomplies pourraient s’accomplir avant la lumière du jour, le matin; et je vois – et je puis me tromper sur le moment de cet accomplissement, mais c’est proche. Le… Je crois cela. Et rappelez-vous, Paul croyait cela. Jean croyait cela. Polycarpe croyait cela. Irénée croyait cela. Martin croyait cela; tous les autres croyaient cela.

30 Que serait-il arrivé si Dieu avait dit à Jean le Révélateur: «Eh bien, il va se passer deux mille ans avant Ma venue»? Jean serait retourné dire à l’église: «Bien, je pense que nous pouvons tout aussi bien manger, boire et nous réjouir parce qu’il se passera plusieurs générations. (Voyez-vous?) Jésus ne va pas venir avant deux mille ans.» Voyez-vous? Ainsi… voyez, l’Église se serait relâchée, on ne serait pas sur le qui-vive, il n’y aurait pas d’attente. Après tout, il s’agit de votre attente. Si vous vous endormez durant cette veille, vous vous réveillerez avec cette même attente, car cela n’entrave rien, vous serez de toute façon juste là et à temps. Voyez-vous? Voyez ce que je veux dire?

31 Maintenant lorsque – lorsque Saint Martin se réveillera à la résurrection, Saint Paul et tous les autres, ce sera tout aussi frais que s’ils étaient en pleine bataille, en train de combattre à l’instant même; parce qu’ils sont allés droit dans la terre dans cette même attente, attendant Sa venue. Et un cri retentira et toute l’Église se lèvera. Vous voyez? C’est ce qui arrivera. Ainsi, ce n’est pas un problème.

32  Vous voyez, nous devons être à Son attente maintenant même. Même… Nous ne savons pas. Ça – ça pourrait probablement… ça pourrait avoir lieu d’ici cent ans; Ça pourrait avoir lieu dans cinq cents ans, dans mille ans, dans dix mille ans. Je ne sais pas. Personne ne le sait. Mais disons, par exemple, qu’il faut vivre chaque jour comme s’Il venait le jour même. Voyez-vous? Si nous vivons comme s’il venait aujourd’hui, quand nous nous réveillerons (si nous nous endormons et que nous nous réveillons à la résurrection) ce sera tout aussi frais que si nous venions juste de dormir, et que nous nous sommes simplement réveillés. La trompette sonnera et les morts en Christ ressusciteront premièrement; nous qui sommes vivants et qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Voyez-vous? Ainsi, ce sera tout à fait frais.

33     Mais maintenant jusqu’à ce temps-là, jusqu’à ce qu’Il vienne, nous voulons vivre chaque jour comme s’Il allait venir à la minute suivante, car il se pourrait que ce soit la fin de votre vie, à cette minute-là. Vous ne savez pas quand vous allez partir. Ceci peut être un de nos derniers souffles; nous l’avons en nous maintenant, ainsi il vous faut vivre comme si c’était le cas.

34     Mais maintenant, pour aller plus loin, nous devons laisser les empreintes des pas ici sur le sable du temps afin que les autres puissent voir. Si Paul n’avait pas continué comme il le fit, alors Jean n’aurait pas su comment suivre. Si Jean n’avait pas continué, Polycarpe n’aurait pas su comment suivre. Si Polycarpe n’avait pas continué, Irénée n’aurait pas su comment suivre. Si Irénée n’avait pas continué, Martin n’aurait pas su comment suivre. Voyez-vous ce que je veux dire? Chacun doit laisser les empreintes des pas sur le sable du temps.

35     Eh bien, si je pensais qu’il y a une dénomination ou un quelconque groupe de croyants qui ait quelque chose de meilleur que ce que nous avons ici, frères, j’aurais désiré y incorporer ce petit corps sans tarder. J’ai attendu, j’ai soupiré, j’ai été dans l’attente et j’ai cru que quelqu’un de grand allait venir un jour, ou que peut-être un – le grand prophète du genre d’Élysée dont je parle viendrait. J’ai toujours cru et pensé peut-être – que peut-être je vivrai jusqu’à voir le jour où – quand je pourrais changer, quand je pourrais voir cette personne se lever sur la scène. Alors je pourrais prendre ma petite église et dire: «Frères, voici l’homme que nous attendions. Cet homme est celui dont il s’agit.» J’ai attendu cela. Et si réellement cela a lieu, alors j e m’attends à dire à partir d’ici: «Frères, le voici», à partir d’ici. Voyez-vous? Et je -je désire voir l’église maintenue comme cela.

36     Je dois avoir marché sur quelque chose ou fait quelque chose et mis beaucoup – plus d’intensité en cette chose-là. [Frère Branham marche sur les fils du micro, cela affecte l’acoustique – N.D.É.]

37     Ainsi, j’aimerais à présent dire ceci maintenant que ceci c’est une église établie…

38     Permettez-moi de m’arrêter encore juste un instant. Quand je suis allé à Bombay… (je considère cela comme ma plus grande réunion à cause des effets que cela avait eus sur les gens.) Et moi… Si en Afrique on dit que trente mille étaient venus à Christ en une seule fois, alors là-bas cent cinquante ou deux cent mille vinrent à Christ en une seule fois, sur ce demi million. Que pouvais-je faire? Il n’y avait rien. Peut-être, il se peut – disons qu’il y avait – disons simplement qu’il y en avait cent mille. Il n’y avait aucune église, je ne pouvais rien faire. Il n’y avait personne à qui les confier. Le Message que je croyais – il n’y avait pas une seule dénomination pentecôtiste qui voulait collaborer avec moi. Et toutes ces âmes sont carrément retournées chez les chiites, chez les Jaïns, ou dans le Bouddhisme et partout ailleurs d’où elles étaient venues. Aucun endroit où les placer. Maintenant, cela est une honte; c’est un déshonneur (Voyez-vous?), parce que je manquais de coopération à cause de la position que je prends. Voyez-vous?

39     Eh bien! en Afrique, j’y suis allé sous les auspices de – de À.F.M et (Afrikaans Faith Missions) [Missions Afrikaans de la foi – N.D.T.], et quand j’y suis allé… Bien sûr, je ne peux pas m’accorder avec eux. Ils – Ils baptisent les gens d’un baptême trinitaire, trois fois en avant, et l’un d’eux baptise trois fois en arrière: une fois pour un Dieu, le Père; une autre fois pour un autre Dieu, le Fils, une autre fois pour un autre Dieu, le Saint-Esprit; baptisant ainsi trois fois différentes pour trois dieux différents, et toute une histoire comme cela. Et peut-être que la réunion de Durban, n’ayant pas été tenue convenablement – et les gens, voyant une telle division parmi les fois pentecôtistes et consort, ils ne savaient que faire, ils n’avaient nulle part où aller.

 

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 27 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez