SérieToute l'actualité

Le Maquillage: l’attrait de la vanité

Views: 3

L’Ecclésiaste déclare: «Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, tout est vanité» (Eccl. 12: 10), et le Psaume 39:5-6 déclare: « Éternel! Dis-moi quel est le terme de ma vie, Quelle est la mesure de mes jours; Que je sache combien je suis fragile. » La Vanité est une puissante force à l’intérieur de tous les êtres humains, et est largement plus forte que la plupart d’entre nous ne comprend. Chaque personne se doit de respecter l’attrait que la vanité peut avoir à l’intérieur de soi. Soyez honnête avec vous-même, et admettez que cette tendance se trouve à l’intérieur de vous. Nous examinerons ceci plus en profondeur plus tard.

L’orgueil et la vanité sont les raisons pourquoi l’Encyclopédie Britannicadéfinie les « produits cosmétiques » comme des produits que personne n’a besoin, mais les vouloir est la nature humaine.

Aujourd’hui, le désire de paraître plus belle motive les consommateurs à travers le monde, la plupart des femmes, à dépenser 65$ milliards annuellement (soit 32.500 milliards de FCFA) sur l’amélioration personnelle en produits cosmétiques. (Encyclopedia Britannica, 2001).

Il a été signalé que « environ 1 282 tubes de rouge à lèvres et 2 055 pots de produits pour la peau sont vendus chaque minute. » (“Beauty in the mind and wallet of beholder” Minnesota Daily Online, March 7, 2001)

Ceux qui ont écrit l’Encyclopedia Britannica ne vendent pas de produits cosmétiques. Leurs profits, et leur gagne-pain, ne sont pas en jeu s’ils vous disent la vérité sur les raisons pourquoi les gens achètent les produits cosmétiques. Puisque leur réputation en l’autorité sur ce qu’ils impriment est en jeu, ils ne peuvent se permettre que d’être honnêtes.

Tout le monde veut être considéré joli et même beau. L’attraction de la vanité se fait sentir tôt dans la vie. La société moderne met beaucoup d’importance sur la beauté. Ce qui en résulte, selon des études récentes, est que même les très jeunes filles sont très malheureuses, voire même être dépressives, et plusieurs envisagent même le suicide! Elles ont l’impression qu’elles ne sont pas à la hauteur de leurs pairs ou de leurs idoles du cinéma. Aujourd’hui l’obsession d‘être beau ou belle a faite en sorte que presque 10 millions d’adolescents et d’adolescentes ont des troubles alimentaires.

Avec un marché brut de 65$ (soit 32.500 milliards de FCFA) milliards par année et à la hausse, une chaîne alimentaire populaire annonce qu’elle a « récemment décidé de développer sa… gamme de produits cosmétiques bon marché pour les jeunes et les adolescentes, les enfants âgés de 8 à 14 ans. » (Rouge to Riches,” by Catherine Valenti, abcnews.com, June 25, 2001).

La mort d’une « reine de la beauté » âgée de six ans et largement publiée démontre qu’il y a une culture en pleine croissance obsédée par la beauté des toutes petites filles.

La Société Américaine des Chirurgiens Plasticiens rapporte que plus de 1,3 million de personnes ont eu recourt à une chirurgie esthétique en 2000, dont 1,2 million étaient des femmes. Un sondage de 1999 dévoilait que 72% des personnes ont confirmé qu’elles étaient contentes de leur apparence, mais la quantité de produits cosmétiques vendus, ainsi que le nombre croissants de personnes ayant recours à la chirurgie esthétique aux États-Unis explosent. Il est même rapporté que les filles de plus en plus jeunes qui participent à des concours de beauté ont aussi recours à la chirurgie esthétique pour essayer de gagner et d’améliorer ce dont elles ont reçu de Dieu. Stupéfiant!

L’obsession de paraître jeune et de vouloir reculer l’horloge est devenu scandaleux. Considérer que 1,6 million de femmes, même des hommes, injectent un poison mortel, Botox (de botulisme) sous l’épiderme du visage pour enlever les rides. Dans les quatre jours, la toxine dans le traitement paralyse littéralement les nerfs des muscles du visage et lisse la peau provisoirement. (Ce traitement a une durée de 90 jours.) Le but est de « paraître le mieux que nous pouvons pour aussi longtemps que nous le pouvons », pour 150 $ à 1 000 $ par traitement! N.B. soit 75.000 à 500.000 FCFA.
Toutefois, les directeurs de film se plaignent que tellement d’actrices en ont recours qu’elles ne sont pas capable d’avoir d’expressions faciales normales. Ayant l’apparence d’être plus jeunes, plusieurs d’entre elles ont l’air d’avoir des expressions artificielles.

En décrivant cette nouvelle tendance, une esthéticienne rapporte, « Il semblerait que nous ayons délaissé l’authentique ». Un autre expert, de façon plus catégorique quand aux raisons que les femmes portent du maquillage ou veulent faire disparaître les rides: « La sagesse du caractère qui est dessiné sur notre visage, ou le fait qu’à vingt ans nous ayons le visage qui nous a été donné d’avoir et qu’à cinquante ans nous avons le visage y reflétant notre expérience de vie, ne s’applique plus. »

Le Botox est seulement le début des menaces des divers produits chimiques et toxiques qui sont dormants dans les cosmétiques. Nous comprenons cela depuis longtemps!
Considérer la définition du motmascara. Si nous acceptons ce mot pour ce qu’il est, alors il en est une constatation de l’industrie du cosmétique. Ce mot est un dérivant du mot masque et du mot mascarade. Porter du mascara est essentiellement porter un masque – et de se déguiser en quelque chose que nous ne sommes pas, pour l’orgueil et une perception de beauté.

Le mot cosmétique a une origine révélatrice. C’est un dérivant du mot grecque Kosmos qui veut dire « de ce monde, temporel. » Afin que les femmes soient acceptées par le monde, elles doivent littéralement porter un masque.
Voyez vous même, la vanité des vanité, être accepté dans ce monde temporel, pour un temps, et quoi encore alors qu’on rentre en conflit avec la parole de DIEU ?

Avant de continuer, d’autres questions importantes doivent être soulevées. Qu’elle est l’histoire du maquillage? D’où et quand a-t-il tiré son origine? Pour quelles raisons s’en servait-on dans les temps anciens? Les réponses à ces questions vous choqueront car nous allons rentrer dans les racines anciennes de cette chose hideuse.

Sur ce, bon jeudi et à jeudi prochain.

 

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 × 17 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez