Echos d'ici et d'ailleursToute l'actualité

Le Révérend Docteur Lys Romuald NGALIBALI tire sa révérence

Views: 13

L’église du Message du temps de la fin au Congo est en deuil. Le Révérend Docteur Lys Romuald Ngalibali de l’Arc-en-ciel Tabernacle est parti dans la gloire. Il s’est éteint le mercredi 28 août dernier à Dubaï aux Emirats Arabes Unis à 07h10 heure locale, 04h10 heure de Brazzaville.

Né le 06 février 1966 à Ouesso dans le département de la Sangha au Nord de la République du Congo, c’est en 1987 que le pasteur Ngalibali répond à l’appel du Seigneur Jésus-Christ. Repéré par des frères marqués par ses prédications, le jeune serviteur de Dieu est invité à assurer l’intérim du pasteur de l’église de sa ville natale parti à Brazzaville. Il organise, structure l’église et lui donne le nom de Lys Tabernacle.

En 1988, le frère Etienne Mapassa, un évangéliste basée dans la capitale congolaise, se rend à Ouesso pour visiter l’église locale, privée de pasteur principal. C’est lui qui proposera à l’assemblée d’adopter le jeune Ngalibali comme pasteur. Proposition validée par le corps du Christ de Ouesso.

Lors du retour du frère Etienne à Brazzaville, il voyage avec le pasteur Lys qui devait par la suite rallier Pointe-Noire, poumon économique du pays, pour ses affaires. Il y était également attendu par son père qui avait un document à lui remettre.

Durant son séjour dans la capitale, il est invité à entretenir le peuple de Dieu à Péniel Tabernacle au quartier Poto-Poto. Son approche du Message du Prophète William Marion Branham, différente de celles des autres prédicateurs, a un impact sur ceux qui l’écoutent. Les échos de ses prédications parviennent aux ministres de l’église de Nkouka Bateke, la grande église du message de Brazzaville à cette époque. Ces derniers lui cèdent la chaire. Selon certains témoins, ses enseignements sur « l’ordre dans l’église » de frère Branham ont permis de réconcilier l’église, de réconcilier les frères victimes de l’esprit de division.

En 1989, suite à de profonds désaccords au sein de l’église de Brazzaville, il retourne à Ouesso, mais il revient de temps en temps dans la capitale congolaise communier avec ce peuple qui l’avait adopté. Puis en 1992, réclamé par des brebis qui souhaitaient être menées par lui, il ouvre l’Arc-en-ciel Tabernacle au quartier Ouenzé, non loin du marché.

Pendant la deuxième guerre civile qui a déchiré le Congo, son fils aîné étant né au Togo, l’armée française venue exfiltrer les étrangers, l’envoie à Lomé avec toute sa famille. C’est ainsi qu’il a pu étendre son ministère en Afrique de l’Ouest, avec la création de plusieurs églises dès 1995, notamment au Togo, au Burkina Faso et au Bénin. De retour au pays natal après la fin de la guerre civile en 1997, il continue à étendre son ministère avec de nouvelles églises à Pointe-Noire au Congo en 1998, à Paris en France en 2001, puis à Isiro à en RDC, non loin de la frontière ougandaise.

Le Révérend Docteur Lys Romuald Ngalibali a été consacré pasteur au début des années 2000 par le Révérend Richard Diyoka du Shekina Tabernacle de Kinshasa en République démocratique du Congo. Dans son ministère, de nombreux artistes tels que le frère Jean Sylvain Akouala ont pu émerger.

Le pasteur Ngalibali était marié et père de quatre enfants dont trois filles et un garçon. Il laisse également derrière lui un père, une mère, des frères et sœurs, ainsi qu’une communauté chrétienne inconsolables.  Sa dépouille a été rapatriée au Congo ce jeudi 12 Septembre 2019. Un hommage populaire lui sera rendu vendredi. Il sera inhumé samedi à Brazzaville.

Narcisse NDOUMBE

 

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 15 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez