Echos d'ici et d'ailleursEchos de Salem Tabernacle d'EsekaToute l'actualité

Culte de dimanche 20/10/2019 à Salem Tabernacle d’Eséka

Views: 4

Le dimanche matin 20 octobre 2019 au Salem Tabernacle d’Eseka.

Chantre: Frère TONYE Médard.

Prédicateur: Diacre Lissou Laurent Laïgoura.

Lectures: Mathieu 5:5-23; 25 et Marc 9:41-42.

Thème : LA SÉPARATION

À retenir: L’étymologie latine nous propose deux hypothèses : Séparer aurait pour origine:

– Se-paro, radical de sépare.

-Se-pario, radical de separere. Il vient probablement du préfixe sed ( préfixe séparatif).

-Parare signifie disposer, déplacer, préparer (un repas, une guerre, une fête) .

C’est également le fait d’abandonner une chose sans profit, pour une chose à profit.

Et c’est ce que nous devons faire chaque jour.

Parce que nous péchons chaque jour et il est de notre intérêt de nous repentir, afin de nous séparer, de nous déplacer radicalement pour le camp du Seigneur Jésus-Christ.
Car nous devons impérativement nous séparer des choses viles, des choses qui nous empêchent d’avoir une vraie communion et d’être réellement en communion avec Dieu.

C’est pourquoi le Seigneur Jésus-Christ, chaque jour nous interpelle à revenir vers Lui qui a la vie éternelle.
Malheureux serions-nous, si nous demeurons dans des choses viles qui nous déshonorent et qui déshonorent l’Évangile.

Le déplacement a toujours été une notion fondamentale de tout fils de Dieu.

Et là, nous sommes tous des pèlerins sur cette terre et notre cité n’est pas de ce monde, mais d’en haut.
Prenons donc quelques exemples pour mieux nous faire comprendre:

Abraham, père de la foi, quitte son pays, sa parenté et la maison de son père, l’injonction de Dieu.
Jésus-Christ, également, quitta le trône et descendit sur la terre, ayant pour mission de racheter l’homme et son territoire.

Bien-aimés dans le Seigneur Jésus-Christ, vous et moi, ce matin, effectuons le seul mouvement, en nous déplaçant vers la croix, afin de vivre.

Et terminons en convoquant frère Branham, avec son message intitulé *Un homme qui fuit la face de l’Éternel* du 17 février 1965, il dit: *Je n’ai jamais vu un homme qui passe près de la croix et reste le même… quelque chose doit se passer dans son cœur.*

Bikim Mesack Richard

 

 

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez