Echos d'ici et d'ailleursEchos de l'église de LogbessouToute l'actualité

Culte du Dimanche, 08 Novembre 2020 au Tabernacle de l’Amour Divin de Logbessou/Douala

Views: 5

Tabernacle de l’Amour Divin de Logbessou/Douala

Culte du Dimanche, 08 Novembre 2020

Chantre : Rév. BAYOÏ BINJAKA Frederic

Prêdicateur : Rév. Pasteur MOUNE Jean Calvin

Thème : La Jeunesse Indomptable pour Christ.

Lecture : I Jean 2 : 12-17

1. La jeunesse chrétienne et les réseaux sociaux.

La première chose pour un jeune est de rechercher la nouvelle naissance, le baptême du Saint-Esprit.
La Bible dit: Tout m’est permis, mais tout ne m’est pas utile. Tout dépend donc de l’usage que nous faisons des réseaux sociaux
Les réseaux sociaux doivent nous permettre d’évangéliser, de mettre en exergue le message, de partager des expériences.
Tant qu’on a pas encore fait l’expérience de la nouvelle naissance, ces réseaux sociaux vont nous influencer. Ce qui est interdit est de prendre en amitié une personne qui pourrait compromettre notre foi, ou qui ne pourrait pas nous rapprocher du Seigneur. 2Corinthiens 6:14-15.
Colossiens 3:17. Tout ce que nous faisons doit être pour la gloire de Dieu. Que ce soit au travers de nos photos de profil sur WhatsApp, Facebook,…, ou au travers de nos diverses publications. Si ce n’est pas le cas, je ne le fais pas. Là où CHRIST n’est pas le bienvenu, je ne suis pas le bienvenu.

2. La jeunesse chrétienne et la pression de leur corps (notion de brûler)

Cette pression de corps est naturelle, dû au phénomène pubertaire. En plus de cela, la vue, l’entendement, les compagnies influencent la vie du jeune. Nous devons être plus prudents que dans le passé, car aujourd’hui il y a tellement de pression sur la jeunesse. Pour contrer cela, nous devons prendre refuge dans la Parole, la prière. La chose la plus importante est la recherche du Saint-Esprit. Ce que nous voyons et entendons a de l’influence sur nous. C’est pourquoi nous ne devons pas voir n’importe quoi, ni écouter n’importe quoi.
Brûler peut nous amener à la masturbation ou tout autre forme d’acte répréhensible. La solution réside dans le Psaumes 1. Il faut prendre plaisir dans la Parole, être assidû au temple, avoir une véritable vie de prière et de consécration, marcher avec ceux qui nous élèvent plus haut dans la foi; et que cela se fasse de façon continue.

3. La jeunesse chrétienne et les compagnies non chrétiennes.

Le problème ici est l’esprit qui environne nos amitiés. Nous devons influencer nos amitiés, ceci en amenant notre ami(e) à l’Eglise, en lui presentant la Parole. Si nous ne pouvons pas garder notre foi dans l’amitié, nous devons y mettre fin.
Éviter au temps que possible, des amis n’ayant pas la crainte de Dieu. Nous pouvons avoir un tel ami, mais dans la limite de la Parole. Éviter autant que possible d’avoir des compagnies mixtes avec le monde.
Job 14:9. On a droit à la compassion de ses amis en tant que chrétien.
Nous pouvons avoir des compagnies non chrétiennes, tant que c’est nous qui les influençons.

4- Comment rompre ou poursuivre avec une ancienne relation non chrétienne.

Quand nous venons au Seigneur, nous ne devons plus poser des actes répréhensibles, ceux-là qui souillent notre corps.
Il est important de ne pas compromettre sa foi. Mais c’est le voeu qui fait le mariage. Si un jeune homme a déjà donné la bouteille, ou la dot il est déjà formellement lié à cette relation. Mais si la jeune fille ne peut pas se plier aux exigences de foi de l’homme nouvellement converti, le jeune homme ne doit pas rester dans cette relation qui met sa foi en péril.
Pour rien au monde, nous ne devons abandonner notre foi à cause du mariage.

5. Comment faire une demande en fréquentation.

Le jeune frère doit consulter premièrement son pasteur. Une fois l’accord du pasteur et des parents, il peut maintenant aborder la soeur pour poser sa demande. Ici, le jeune homme doit faire sa demande de manière discrète. Il ne doit pas le faire au vu et au su de tous. Il faut avoir de la manière, du tact. Dès lors qu’il a fait sa demande, le jeune homme doit complètement se retirer en attente de la réponse (Eviter d’offrir des cadeaux si tel était le cas avant, … ). Et elle est libre d’accepter ou de refuser.

6. Comment se comporter face à la demande du jeune homme?

La jeune soeur doit être vraie si la demande du jeune frère ne l’intéresse pas. Si elle est intéressée, elle ne doit pas directement dire oui, mais consulter son pasteur ensuite des parents pour lui faire part de la situation.
Lorsqu’elle dit oui, vous entrez en fréquentations. Vous pouvez vous donner des présents sans quelconque obligation. Mais pas forcément aux familles respectives.

7. Déroulé des fréquentations : jusqu’à quelle profondeur d’intimité.

Les parents doivent de prime abord, permettre aux jeunes en fréquentation de se visiter. Mais il n’est pas bon de le faire à des heures indues. Le jeune homme peut venir chez la jeune soeur et réciproquement. Éviter d’être dans des lieux isolés, sombres. Les deux jeunes peuvent causer mais ne doivent pas tout se dire. Garder encore pour soi, ses secrets intimes. De peur que l’un ou l’autre ne les emporte si les fréquentations n’aboutissent pas.
Mais on ne doit pas aller au voeu sans tout se dire. La jeune soeur doit tout dire: si elle est encore vierge (vertu sacrée), quel type d’homme elle a connu (féminité sacrée), si elle peut procréer. Au jeune homme aussi de dire à la jeune fille des secrets qui pourraient relativiser leur union. Pour cela il faut être certain du voeu.

8. Relation avec des croyant(e)s de la même église, du même ministère, hors du ministère et des dénominations.

Quelle est la priorité ?
Il est bon d’être avec une personne de la même église, c’est l’idéal. Du même ministère, c’est aussi bon. Hors du ministère, ça devient un peu délicat. On ne peut pas se sentir à l’aise dans une église qui présente une doctrine différente de celle que nous connaissons déjà. C’est pourquoi il est recommandé de se marier avec celui ou celle qui croit exactement la même chose que toi. Dans le cas contraire, la manifestation sera l’interpretation de la révélation. Quand à se marier avec les dénominationnels, le jeune homme ou la jeune fille qui s’y aventure devra assumer jusqu’au bout son engagement.

Quant aux parents, ils doivent soutenir leur progéniture dans la prière et les conseils à la lumière de la Parole, éviter les choix et les influences interessées par le matériel, se soucier de l’avenir spirituel des enfants.

En guise de conclusion : On ne fait pas de discrimination. On veut juste préserver les acquis dont Dieu nous a fait grâce. “Faisons de l’Éternel nos délices et il nous donnera ce que notre coeur désire.” Ps 37 : 4

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 16 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez