ActualitéToute l'actualité

Echos du Grand Week-end au Love Divine Sanctuary Service de Sainte-cène et lavement de pieds

Views: 6

CULTE DU VENDREDI SOIR 02/08/2019 AU LOVE DIVINE SANCTUARY

Tout comme au commencement de la création où l’Éternel au crépuscule descendait pour communier avec Ses créatures au jardin d’Éden, ainsi ce vendredi soir était un énième rendez-vous du Seigneur avec Ses enfants, venus de divers horizons de la périphérie littorale pour communier au Love Divine Sanctuary. La particularité du programme de ce premier week-end du mois étant, l’on parlera de “Spécial grand week-end”, entamé ce soir par le Service de Sainte Cène et de Lavement de pieds, selon que notre Seigneur Jésus-Christ l’a enseigné et recommandé, ceci précédé par la louange, et l’écoute de la Parole; puis suivra le samedi où cette fois particulièrement, toute la journée sera consacrée essentiellement à l’Évangélisation (domaine et stratégies), sur convocation du Pasteur Samuel BAHOYA; et enfin le dimanche sera une journée continue, avec un service de culte normal suivi d’une pause, et à la reprise le soir se tiendra le conseil d’église, Dieu voulant…

C’est ainsi que le culte débuta par la demi-heure de silence, puis le Révérend Fleurie BEUTCHOU, Directeur des Chants conduisit le peuple dans une merveilleuse louange à travers de beaux cantiques inspirés dont le Pasteur d’entrée de jeu juste après, en fera un commentaire en préambule à son propos vespéral.

C’est ainsi que montant en chaire, le Pasteur Samuel BAHOYA ayant l’impression que le peuple n’exprimait pas totalement sa joie dans la Présence de Dieu à la louange, commença par demander qui serait content d’être dans la Maison du Seigneur… Bien évidemment la réponse fut positive, et le Pasteur exhorta donc le peuple à être toujours joyeux, en citant le passage tiré des Proverbes 17:22(1): “Un cœur joyeux est un bon remède.” Lorsque les problèmes ou les soucis vous accablent, dira-t-il, commencez simplement à chanter et vous verrez la Paix envahir tout votre être. Il illustrera cette vérité par l’exemple de cet homme qui devait être exécuté et qui chantait plutôt des cantiques. Sa louange opéra des miracles et fit entrer Dieu en scène, au grand étonnement de ses bourreaux.

Ensuite, annonçant que le programme ne se déroulerait plus comme prévu avec l’écoute de la bande du Prophète sur le 1er Sceau, mais plutôt une exhortation avant de présider à la Sainte Cène, le Pasteur relata l’histoire du Prophète de notre Âge, William M. Branham: sa naissance mystérieuse avec la Présence de la Colonne de Feu, sa prédestination à être le Précurseur de laSeconde Venue de Christ (témoignage); son appel à la consécration par cette Voix qui lui parla dans un tourbillon dès sa tendre enfance est pour nous les croyants, un modèle type de ce que Dieu exige de nous pour être à Son Service: “Ne bois pas, ne fume pas, et ne souille ton corps d’aucune manière…” Ainsi sommes-nous interpellés à une vie de sanctification et de consécration devant le Seigneur. Tout comme la mer ne garde pas la saleté, et qu’elle rejettera tout, fût-ce un corps mort ou une pourriture à la berge, ainsi en est-il d’un Élu. Il ne supportera pas que le péché reste en lui; s’il tombe il ne tardera pas à le confesser et à se relever. Et Satan lui, veille à ce que si le péché tarde à être confessé, il rentre par la brèche ouverte pour frapper le chrétien de tous les maux avant que celle-ci ne soit refermée. Aussi devons-nous une fois tombés, nous relever et confesser notre péché. Parlant du péché, insistera l’Homme de Dieu, beaucoup viennent même à la Sainte Cène avec des coeurs pleins de méchanceté, tout comme Judas qui, tout démon qu’il était et Jésus le sachant, avait pris part au Souper du Seigneur avant de s’en aller. Mais il ne pouvait pas recevoir la Promesse du Saint-Esprit avec les autres à la Pentecôte. Il en sera de même quand cette Onction sera déversée sur l’Épouse. Puis avant de lire le passage introductif à son sujet, le Pasteur parlera du Messager, notre Prophète comment Dieu l’a utilisé si glorieusement et révélé les Sept Sceaux de l’Apocalypse, que nous écouterons dans la suite des temps.

Apocalypse 5:1-11 fut le passage lu par le Pasteur, parlant du petit livre écrit en dedans et en dehors, scellé des sept Sceaux, et dont seul l’Agneau fut trouvé digne de prendre et d’ouvrir.

Le Pasteur commença par exprimer la raison de sa prise de parole, “Mon but ce soir dit-il, est de restaurer en vous la joie de savoir que vous êtes sauvés par la Grâce. Il importe donc pour chacun de recevoir la Visitation du Saint-Esprit, parce que lorsque tu en sors tu as envie d’aller embrasser tous tes ennemis, parce que cet élan d’Amour Divin est descendu sur toi. Le plus important n’est pas de venir prendre la Sainte Cène, mais de Le recevoir, Lui, à l’intérieur.”

 

Si jamais dans votre vie, continuera-t-il, vous aviez connu cette Expérience, ces moments de communion, ces temps de rafraîchissement, ne vous en séparez jamais, ne laissez jamais tarir cette Source. Celui qui est de la Semence de l’Amour Divin ne supporte pas le mal. Quand Dieu est là, la première caractéristique c’est l’Amour.” Et notre amour doit être éprouvé, pour savoir s’il est le Véritable.

 

Pour conclure enfin son propos avant la Sainte Cène, le Pasteur Samuel BAHOYA fit lecture de quelques citations du Prophète, notamment dans la brochure intitulée “La brèche entre les 7 Âges de l’Église et les 7 Sceaux.”

 

Quand Adam eut perdu le titre de propriété qui donne droit à la Vie Éternelle, les mains sales de Satan ne pouvaient Le recevoir, alors le Titre retourna à Son Propriétaire Originel, Dieu. Il fallu un Parent-Rédempteur Jésus-Christ qui vint pour en reprendre possession, afin que si nous confessons notre péché, ce dernier tombe dans le Sang Rédempteur de Jésus-Christ, et alors nous devenons propriétaires et possédons par conséquent tout ce qu’Adam et Ève avaient perdu au commencement. Aussi nous retournons à notre Créateur, à la Vie Éternelle, tandis que le péché retourne sur la face de Satan. Alors lorsque nous devenons UN avec le Créateur, nous pouvons parler et la chose arrive, bien plus encore nous devenons la Parole Elle-même.

 

C’est dans cette atmosphère que le pasteur introduisit dans un cantique le Service de Sainte Cène, puis le Lavement de pieds sous les douces mélodies exécutées en instrumental par l’orchestre du Sanctuaire. De retour dans la salle, le Pasteur fit place à une adoration sans appel, avant d’introduire, en dernière articulation à ce Festin-Parole, le chantre Paul YOGO qui mit la cerise sur le gâteau par une méga-célébration, en actions de grâces au Seigneur Jésus-Christ à qui soient la gloire, la puissance, la force, l’honneur et la majesté aux siècles des siècles. Amen.

 Jose MOTTO

 

En Images

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 30 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez