Echos d'ici et d'ailleursEchos de Salem Tabernacle d'EsekaToute l'actualité

Culte du dimanche à l’Eglise de Boumnyebel (06/10/2019)

Views: 4

Chantre: Frère Paul Roger BAYIHA.
Prédicateur : Apôtre Joseph TONG MBOCK.
Lectures: 2 Corinthiens 5:16-18a; Galates 5:1-7.

Thème : C’EST CE QUE JE SUIS QUI COMPTE

Retenons :
C’est une grande réalité dans le royaume de Dieu.
Parce que si nous ne comprenons pas l’importance, le but, ou le bien fondé de ce pourquoi nous avons suivis Christ, alors nous sommes les plus malheureux.
Notre relation avec Dieu est fondée sur une raison réelle et évidente. Lorsque Dieu descend parmi les dieux, ils vivent. Parce que c’est ce que je suis qui compte. Alors suis-je homme ou dieu? Prenons quelques exemples pour mieux illustrer nos différents arguments.

Jésus-Christ avait beaucoup de disciples. Mais dans ses œuvres glorieuses, Il ne marchait qu’avec des hommes d’exception, qui ont une valeur spirituelle bien élevée tels que: Pierre, Jacques et Jean. Moïse également, s’est entouré de grands hommes d’exception comme Josué et Caleb.

La vie de l’homme repose sur 03 paliers et ces paliers sont:
– Tu es qui ?
– Tu es quoi?
– Tu peux faire quoi?
Si ta vie, ma vie n’est pas établie sur ces 03 éléments, on n’est pas un homme.
Car l’homme doit être, doit avoir et doit faire.
Et c’est ça qui fait l’homme.
Ces 03 éléments identifiant de Dieu dans nos vies, si l’homme ne les a pas, il ne peut prétendre être un homme.
Pour entrer dans le royaume de Dieu, on le fait par la nouvelle naissance obligatoire. Parce qu’on ne peut pas être avant de naître.

Pour Dieu, c’est ce que je suis qui compte. Le comble est que les croyants du Message sont comme des catholiques. Ils croient en un Dieu qui est hors d’eux, c’est-à-dire au ciel. Alors que le chrétien qui comprend ces choses, son christianisme change.

Notons ceci, c’est que la relation avec Dieu est à deux bras:
Il y’a la relation avec Dieu entre le père et le fils ou la relation paternelle et la relation entre Dieu et des dieux.
Pour mieux nous faire comprendre, lisons frère Branham  dans le message intitulé “Les 70 semaines de Daniel” lorsqu’il dit : “Dieu ne peut laisser entrer un homme au ciel parce qu’il est catholique…   mais le ciel, c’est pour les dieux.”

Si tu n’es pas dans l’une de ces catégories, alors comment feras-tu ? Malheureusement, les hommes s’appesantissent trop sur ce que je fais; alors que pour Dieu c’est ce que je suis qui compte. Et j’irai au ciel car je suis fils de Dieu.

Le pardon que Dieu nous donne, il le fait puisque je suis fils. En Dieu, il y’a deux types de pardons:
– Le pardon judiciaire : c’est celui donné à tout pécheur qui se repend.
– Le pardon paternel : c’est celui réservé aux fils de la maison ou du royaume.

Puisque la finalité du fils c’est qu’il soit héritier, il est donc dans l’obligation de passer de fils à l’esclave, d’esclave à être affranchis, d’être affranchis à être adopté, et enfin d’être adopté à être héritier. C’est dans ce processus de croissance que nous nous trouvons.

Alors dues à leurs faiblesses, ne taxons plus encore un membre d’église d’hypocrite.  Dieu n’est pas limité dans ce que je fais, ou tu ne fais pas mais Dieu est Dieu.
Quand je sais qui je suis, là alors je suis dans l’obligation en tant que fils de :
– Je dois me dépouiller de mon sale caractère, de mes vieux comportements.
– Je dois renouveler mes pensées.
– Je dois revêtir l’homme nouveau.
C’est donc ça le christianisme selon Colossiens 3:12-14.
Celui qui oublie là où Dieu l’a pris, il court le risque de faire marche arrière, sur une route sans marche arrière.

Bikim Mesack Richard, Salem tabernacle d’Eseka, Nyong-Ekelle.

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 11 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez