ExhortationToute l'actualité

Jouir des bienfaits du pardon est une leçon biblique authentique

Views: 3

Jouir des bienfaits du pardon est une leçon biblique authentique

Pardonner est bon pour la santé mentale, mais aussi pour la santé physique.

Parfois, les personnes de notre entourage font des choses qui nous blessent ou à cause desquelles nous nous sentons trahis, voire même agressés.

D’autres fois, ce sont nous qui faisons des choses que nous regrettons plus tard. Il n’est jamais facile de pardonner mais c’est pourtant un acte très sain.

Même si c’est uniquement dans notre intérêt, nous devrions tous apprendre à le faire.

Pardonner est beaucoup plus facile à dire qu’à faire et représente souvent un grand défi.

Parfois, le pardon peut être confondu avec une forme de « remise »,  grâce à laquelle on assimile ce qui s’est passé sans prendre de mesures, ni de représailles.

Mais le pardon signifie bien plus que cela. Le fait de pardonner implique de se détacher de ce qui s’est passé.
Dans tous les cas, le pardon a de nombreux bienfaits pour la santé de notre corps.

Le pardon est bon pour le cœur.

Littéralement, le pardon fait du bien à la santé de notre coeur. Selon une étude de la revue Journal of BehavioralMedicine, il a été démontré que le pardon est associé à une plus faible fréquence cardiaque et une moindre tension artérielle.

Cette même étude a découvert que pardonner aide aussi à soulager le stress. Cela peut apporter des bénéfices pour la santé du coeur et pour la santé en général.

Le pardon est bon pour la santé physique et mentale.

Une autre étude postérieure a associé le pardon à 5 mesures de santé, selon les symptômes physiques, les médicaments utilisés, la qualité du sommeil, la fatigue et les plaintes somatiques.

Il semblerait que la réduction de l’effet négatif et des symptômes dépressifs que produit la rancœur, renforcerait la spiritualité, la gestion des conflits et le soulagement du stress. L’impact du pardon a donc un effet significatif sur la santé en général.

Dans le volet authentiquement spirituel, le manque de pardon à l’autre qui nous fait du tort s’identifie à une dette envers DIEU….”..Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons ceux qui nous ont offensé.

Avec la cinquième demande du Notre Père, nous sommes au cœur de la Bonne Nouvelle, l’accueil du pardon, et le partage de la joie d’être pardonné et  le bénéfice de la miséricorde de DIEU. Si ce verset ne pose pas de problème sur le fond, nombreux sont cependant les exégètes qui réagissent négativement sur la terminologie choisie par la traduction liturgique. En effet, saint Matthieu ne parle pas d’offenses, mais de pheilêmata, c’est-à-dire de dettes envers Dieu. Or l’acquittement de ces dettes par notre parent rédempteur Christ nous rend libre comme de l’air, comme le vent.

Augustin MAKENG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 4 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez