Méditons ensembleToute l'actualité

MEDITONS ENSEMBLE Une citation du Prophète WILLIAM MARRION BRANHAM – ET TU NE LE SAIS PAS

Views: 15

ET TU NE LE SAIS PAS, PRECHE LE 15/08/1965

60 Et je sais qu’après que j’aurai quitté cette terre, ces bandes et ces brochures resteront vivantes, et beaucoup d’entre vous les jeunes enfants, vous verrez, dans les jours à venir, que c’est exactement la Vérité, parce que je le dis au Nom du Seigneur.

61 Maintenant, c’est à se demander comment une femme, une femme bien, qui, grâce à son brave mari, un homme bien, a mis au monde quelques-uns des meilleurs gars que j’aie jamais rencontrés, de vrais hommes, que j’aie jamais rencontrés. Tout de suite, dès qu’ils ont entendu le Message, ils L’ont accepté, à cent pour cent. Ça peut seulement venir par prédestination, ça. C’est la seule manière dont ça peut venir.

62 Bon, voilà la question, ici. Je pensais que, voyez-vous, pourquoi le Seigneur m’a ramené là. “Et tu le sais, tu ne le… Tu ne le sais pas. Tu es nu, misérable, malheureux, aveugle, et tu ne le sais pas.”

63 Avant d’en arriver là, je pourrais résumer ce que j’ai dit il y a quelques jours ici, dans un Message sur, je crois que c’était Le dieu de ce siècle, qui a aveuglé les yeux des gens, au point qu’ils adorent carrément le diable dans des services religieux. Est-ce que vous avez tous saisi ça? Vous l’avez tous compris? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.]

64 Et puis dans ce même Message, j’ai parlé de ce qu’une femme qui porte des vêtements immodestes, qui est indécente, au Tribunal du Jugement elle sera jugée comme une vulgaire prostituée. Ça semble bien étonnant.
Je vais vous brosser un petit tableau.

65 Voilà un avocat de la ville, un jeune homme, quelqu’un de bien gentil. Pour ce qui est de–de sa politique, j’imagine qu’il doit être aussi correct que les autres, sa politique. Et il sort avec une fille qui est très en vue. Ils tombent amoureux et ils se marient. Ils vont à toutes sortes de soirées et tout le tralala, et ils boivent ensemble. Finalement, elle… Il a une belle maison. Il habite dans un beau quartier. Il est bien considéré par les gens. Mais il… Tous les deux, ils boivent. Elle, elle met des shorts, elle se coupe les cheveux, elle se maquille, et tout, elle est très sexy, elle… une belle femme qui se montre. Et elle ne va jamais à l’église, jamais, aucun des deux.

66 Alors, voilà qu’une femme de l’église baptiste ou de l’église méthodiste emménage dans la maison d’à côté, elle et son mari. Maintenant, cette femme-là…

67 Disons qu’elle est méthodiste, parce que les méthodistes sont un peu plus portés sur la sainteté que les baptistes; tous, sauf les baptistes du Nouveau Testament qui eux croient à la sanctification. Mais, pour la plupart, les baptistes ne croient pas du tout à la sanctification, voyez. Ils ne croient pas à ça. Alors, disons qu’elle est méthodiste, parce qu’eux, ils croient à la sainteté.

68 Alors, une femme méthodiste emménage à côté de chez cette femme, dans la même rue. Et son mari à elle, il est… Disons qu’il est comptable, et, ou qu’il travaille pour un bureau. Et cette femme méthodiste, elle regarde l’autre femme.

69 Et quand cet avocat quitte la ville… Il s’appelle John; disons qu’il s’appelle John. Maintenant, ne faites pas de suppositions avec ça. Je ne fais qu’inventer des noms, là. Alors, il s’appelle John. Eh bien, avant, elle sortait avec Ralph. Et ça aussi, c’est un nom inventé, c’en est tous, voyez, c’est juste pour vous faire suivre l’histoire, pour vous donner le tableau.

70 Alors il arrive bien vite que dans une de leurs soûleries, Ralph l’embrasse de nouveau. Eh bien, la voilà tout enflammée, parce qu’elle est retombée amoureuse de Ralph, qu’elle pense. Alors, après un moment, Ralph et elle commencent à se voir. Et elle s’arrange pour que John n’y voie que du feu. Madame se croit très habile, parce qu’elle arrive à fricoter avec Ralph, tout en étant mariée avec John. Voyez, cette femme n’a même pas la moindre ombre de décence, et elle trouve ça tout à fait normal.

71 Mais cette femme méthodiste, elle est montée un cran plus haut. Elle, au moins, elle va à l’église, et elle trouve cette femme horrible. Eh bien, elle dit à son mari, quand il rentre : “Je vois cet homme entrer là et la rencontrer. Et quand John est parti quelque part travailler sur une cause, à Philadelphie ou quelque part, il l’emmène dans son roadster, et ils vont s’allonger sur la plage. Je les vois quand ils reviennent; des fois, ils ne tirent même pas les rideaux, il l’embrasse et il lui fait l’amour, et… Oh, c’est affreux”, qu’elle dit à son mari. “Oh, elle n’est rien d’autre qu’une vulgaire prostituée.” C’est vrai. Elle est pire qu’une prostituée, parce que c’est une femme mariée. Voyez? Et elle, cette femme, cette femme méthodiste, elle trouve ça affreux, elle ne va jamais à l’église.

72 Maintenant, cette femme méthodiste ne ferait jamais une chose pareille. Jamais de la vie. C’est une femme respectable. Autre chose : Elle ne toucherait pas une goutte de whisky, parce que l’église méthodiste, quatre-vingt-dix pour cent de leur programme, c’est la prohibition, contre le whisky, contre le whisky. Alors ils ont un programme de prohibition, et les gens de l’église méthodiste ne vivent pas plus haut que ce que leur église enseigne.

73 Mais cette même femme, cette femme méthodiste, elle sort, le soir, avec son mari, elle porte des shorts le dimanche, après l’école du dimanche. Elle se coupe les cheveux, elle met du rouge à lèvres, et elle fume même un peu.

74 Maintenant, selon la Parole de Dieu, ce sont toutes les deux des prostituées, mais celle-ci, elle est “nue, misérable, malheureuse, aveugle, et elle ne le sait pas”. Elles sont tout aussi coupables l’une que l’autre, car “un homme qui regarde une femme pour la convoiter a déjà commis adultère avec elle dans son coeur”.

75 Et si cette femme, maintenant, elle disait : “Minute, là, M. Branham. Je vous ferai savoir que je ne suis pas une prostituée.” Ma soeur, peut-être que, si on mettait une Bible devant vous, vous poseriez la main dessus dans la Présence de Dieu, et vous prêteriez serment que vous avez été aussi fidèle, fidèle à votre mari que vous pouvez l’être. Votre corps appartient à votre mari, mais votre âme appartient à Dieu. Il y a un mauvais esprit qui vous a ointe. Sans ça, sinon, vous êtes… je peux vous prouver que vous êtes complètement folle.

76 Qu’est-ce qui serait arrivé à votre grand-mère si elle s’était promenée en short dans la rue? On l’aurait fait enfermer dans un asile de fous : elle était sortie sans mettre sa robe. Elle n’a pas toute sa tête. Si c’était comme ça à l’époque, c’est pareil maintenant.

77 Alors le monde entier est frappé de folie. C’est la folie générale. Et ça s’est infiltré si graduellement que les gens ne s’en rendent même pas compte.

78 Maintenant, est-ce que c’est une prostituée? Pas vis-à-vis de son mari, du voeu qu’elle a fait pour son corps. Mais, devant Dieu, elle a un mauvais esprit sur elle, un esprit de prostitution, qui la pousse à s’habiller comme ça. Et elle est dans l’âge de l’Église de Laodicée, et elle ne sait pas qu’elle fait ça. Cette femme innocente ne sait pas que Dieu va la juger comme une prostituée. Voilà.

79 Et essayez donc de le lui faire comprendre! Il n’y a pas moyen de lui dire. Il n’y a aucun moyen de le lui faire comprendre. La Bible dit : “Ils sont nus et ils ne le savent pas.”

80 Si vous lui disiez en face qu’elle est une prostituée, elle vous ferait arrêter. Elle le ferait. Je ne parle jamais de qui que ce soit en particulier. Je parle du péché. Je ne dis pas : “Cette église-là, monsieur Untel là, le pasteur Untel là, c’est un…” Non, non. Je dis là, que la doctrine qu’il y a là, voyez, le tout. Je ne nomme pas les individus. Ce n’est pas les individus. C’est le système dans lequel ils sont. C’est le système du monde.

81 Frère Georges Wright qui est assis ici, il a… Il a soixante-quinze ou soixante-dix-huit ans, je pense. Qu’est-ce que vous pensez qu’il serait arrivé si vous étiez allé voir Soeur Wright un jour, et qu’elle s’était tenue là en short? Oh, vous n’auriez jamais, vous auriez–vous auriez fait enfermer la pauvre femme. Vous ne l’auriez jamais épousée. Eh bien, si n’importe quel jeune homme aurait fait ça à l’époque, qu’il se serait passé la même chose. Eh bien, si c’était péché et si c’était mal à l’époque, c’est la même chose; mais les gens ont sombré dans la folie.

82 Je vais vous prophétiser quelque chose, juste avant que ça arrive. Le monde entier est en train de sombrer dans la démence, et ça va aller en empirant toujours, si bien qu’à la fin, ce sera une vraie bande de fous. Et c’est presque comme ça maintenant.

83 Est-ce que vous pouvez vous imaginer un homme qui roule tous feux éteints et du mauvais côté de la route; un “ricky”, un jeune homme, qui vient à peine, semble-t-il, de sortir du secondaire, et qui tue tout un groupe de gens. Et est-ce que ça les arrête? Un autre vient derrière lui, et il fait la même chose. Est-ce que vous pouvez imaginer qu’un jeune homme qui se… qui se respecte un tant soit peu irait sortir et se conduire comme eux, ils le font?

84 Est-ce que vous pouvez imaginer une jeune femme, dans sa fleur, belle, un beau physique, de belles formes, un beau profil, un beau visage, une beauté; et le fait même qu’elle est jolie montre qu’on est au temps de la fin. Voyez, elle a tout misé sur les apparences du monde, les choses du monde, au lieu de la beauté de la sainteté, de la douceur de l’âme. J’ai vu des femmes qui n’avaient pas grand-chose pour attirer les regards à l’extérieur, mais parlez-leur une fois, parlez avec elles pendant quelques minutes, elles sont vraiment authentiques, quelque chose d’attachant. Vous voyez, la beauté de l’extérieur, c’est du diable, c’est du monde.

85 Regardez les enfants de Caïn, comme ils sont tombés dans le panneau : “Quand les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, ils en prirent pour femmes”, et Dieu ne le leur a jamais pardonné.

86 Regardez, quand les femmes israélites avec–avec leurs mains calleuses et leurs cheveux raides comme des cordes; quand les fils de Dieu sont passés par le pays de Moab, et qu’ils ont vu les femmes coquettes de là-bas, toutes bien coiffées, bien arrangées, et avec la figure pleine de manucure ou de machin, là; quand ces fils de Dieu ont vu ces très belles femmes, un faux prophète a dit : “On est tous pareils.” [Frère Branham donne six coups sur la chaire.–N.D.É.] Et ils se sont mariés avec, et Dieu ne le leur a jamais pardonné.

87 Ils ont péri dans le désert. Chacun d’entre eux est mort là, sans espoir, sans Dieu, et ils sont Éternellement perdus; damnés à jamais, bien qu’ils aient vu la bonté de Dieu, bien qu’ils aient bu à la fontaine intarissable. Ils avaient bu au rocher frappé. Ils avaient vu le serpent d’airain accomplir des miracles. Ils étaient sortis du baptême de Moïse dans la mer. Ils avaient vu la main de Dieu. Ils avaient mangé de la nourriture d’Anges, et fait toutes ces choses. Mais ils s’étaient mariés avec les femmes de là-bas, ils s’étaient laissés prendre par elles, et ils s’étaient mariés avec elles. Ils n’avaient pas commis adultère, ils s’étaient seulement mariés avec elles; Dieu ne leur a jamais pardonné ça.

88 C’était la deuxième fois que ça arrivait. Maintenant, nous en sommes à la troisième fois, maintenant c’est plus trompeur que jamais.

89 Je sais que c’est dur. Et je me suis souvent questionné, dans tous les sens : Comment est-ce possible? Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que je sois si tranchant avec les gens? Pourquoi est-ce que c’est comme ça? Et pourtant, je peux voir que si ce n’était pas de Dieu, il n’y aurait personne, pas une seule femme qui resterait assise à m’écouter. Mais ils reviennent, parce qu’il y en a qui ont une petite ancre de Vérité là, qui savent que C’est vrai. Peu importe, ils savent que C’est vrai. Maintenant, regardez ce qui se passe. Je sais que c’est dur.

90 C’est comme si un docteur vous donne un remède, et que vous refusez de le prendre, alors ne dites pas que c’est la faute du docteur, si vous mourez. Et Ceci, c’est comme un remède. Pourquoi est-ce que certaines personnes n’arrêtent pas de dire que je suis un misogyne?

91 Vous voyez, rien qu’à regarder le comportement des femmes, je peux vous dire où l’église en est. La moralité des femmes, dans le monde, physiquement, c’est dans Laodicée : “Nus, misérables, aveugles, et ils ne le savent pas”, les–les gens, les femmes du monde. Et l’église est dans le même état. Voyez comme le naturel, c’est toujours le type du spirituel, chaque fois. Et, un jour, au Tribunal du Jugement…

92 Je sais que ce n’est pas populaire de dire ça. Et si un homme n’a pas été établi pour le dire, vous faites mieux de ne pas le dire, parce que vous vous feriez passer pour ce que vous n’êtes pas, et là, vous auriez des ennuis, c’est sûr.

93 Maintenant, remarquez. Des fois, on aurait vraiment dit que je tenais la bouche ouverte à une femme et que je lui versais le Remède dans la bouche; et ensuite, je mettais mes mains sur sa bouche, et elle Le recrachait chaque fois. Qu’en serait-il si un docteur faisait ça à un patient, et puis que le patient meure pour avoir refusé d’avaler le remède? Au Tribunal du Jugement, quand toutes ces choses, comme de se couper les cheveux, de porter des shorts, et…

94 Je suis seulement en train de construire. L’heure est proche où vous allez voir quelque chose se passer, où il va arriver quelque chose. Et toute cette toile de fond, ça n’a fait que poser le fondement d’un Message court et rapide qui ébranlera toutes les nations.

95 Pourquoi j’ai toujours rouspété après les femmes, c’est qu’il se préparait quelque chose qui allait mettre carrément le doigt dessus. J’ai eu beau essayer de leur dire ce qui est juste. Et je tenais la main comme ça, comme sur leur bouche, et elles Le recrachaient. Qui peut accuser le docteur, alors?

96 Qu’est-ce que vous allez dire, au Jour du Jugement, quand les voix mêmes qui se sont élevées contre ça vont repasser l’enregistrement en plein devant les gens? Comment est-ce qu’ils vont pouvoir y échapper, alors?

97 Elles vous Le recrachent entre les doigts. Vous en versez encore, et finalement elles secouent la tête et elles…?… elles repartent, elles ne veulent pas. Et, malgré tout, vous revenez à la charge, et vous En versez encore. Alors, à qui la faute? Pas au docteur, ni au Remède, mais à l’attitude de la personne. C’est exactement ça. Ce sera un jour terrible, un de ces jours, quand cette génération pécheresse et adultère se tiendra devant le Dieu Tout-Puissant.

98 Je vois mes années qui s’accumulent, mes épaules qui s’affaissent; et, je sais, trente ans ici sur cette estrade, oui, trente-trois ans ici, sur le terrain. C’est une longue vie, ça. Ça fait trente-trois ans de service. Mon seul regret, c’est de ne pas en avoir eu cent trente-trois. En effet, ceci sera la dernière occasion que j’aurai jamais, pendant que je suis ici, mortel, de prêcher l’Évangile. Que Dieu m’aide à rester aussi fidèle que possible à cette Parole, et à dire exactement ce qu’Il dit.

99 Qu’est-ce qui fait que cette méthodiste… Comment pourriez-vous jamais arriver à Le lui faire comprendre? Elle est là, dans l’âge de l’Église de Laodicée.

100 Maintenant, prenons la femme pentecôtiste. Elle ne devrait pas porter de shorts, de maquillage, ni se couper les cheveux, mais elle se permet de regarder la femme méthodiste de haut, en disant : “Regarde cette femme qui fait telle et telle chose!” Disons que la femme, elle ne porte pas de shorts, mais elle dit… et elle-même, elle a les cheveux coupés. Voyez?

 

 

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 ⁄ 7 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez