EditorialToute l'actualité

EDITORIAL – La mort n’aura jamais le dernier mot

Views: 3

La mort en réalité n’est qu’une parenthèse dans l’immense dimension de la VIE ETERNELLE QUI EST DIEU.

Jésus- Christ, le seul vrai Dieu fait homme, qui nous a fait connaitre le Père, est TOUJOURS VIVANT JUSQU’À L’EXTERMINATION DE LA MORT. Puisque l’homme doit mourir de toute façon, il est sage qu’il le soit de son vivant en Christ, pour s’assurer d’une meilleure résurrection maintenant même, car le lendemain ne nous appartient pas.

Y’a-t-il quelque chose de nous qui demeure après la mort? En Occident, une majorité de nos contemporains en doutent.

La mort n’a pas le dernier mot

Pour certaines croyances Occidentales, la vie d’un homme s’éteint définitivement dans la tombe. L’être humain se résume à son corps, le cerveau ayant remplacé l’âme. L’homme n’est qu’atomes, et il est appelé à redevenir atomes! Une telle façon de penser est nouvelle dans l’histoire de l’humanité, et minoritaire en notre temps. En effet, depuis les premières tombes et les peintures rupestres de l’Homo Sapiens, tous les peuples de l’Antiquité ont cru en une sorte de «vie éternelle» hors du corps, plus ou moins heureuse après la mort. C’est ce qui explique le legs des pyramides et des momies que nous ont transmis les Égyptiens. Les Grecs espéraient goûter le repos après leur mort dans les Champs-Élysées. Les Romains adoptèrent largement leur croyance, ce qu’illustre le film Gladiateur. Les Celtes ou les Gaulois, les Mayas et les Indiens d’Amérique ont, eux aussi, espéré en une telle vie de l’âme dans l’«au-delà», de même que les religions assyriennes, babyloniennes ou palestiniennes de l’époque biblique. Et telle est encore, en notre temps, ce que croit l’animisme avec son culte des ancêtres, l’hindouisme avec sa foi en la réincarnation et d’une certaine manière, le bouddhisme, la plus agnostique des «religions», avec sa compréhension du «cycle des renaissances» au travers de la mort.

L’au-delà avant la venue du Christ

N’est-il donc pas surprenant de constater que l’Ancien Testament, la partie de la Bible écrite avant le venue du Christ, est d’une grande discrétion sur la vie après la mort, alors que c’était une préoccupation majeure des religions de l’époque? Certes, quelques passages suggèrent une survie de l’homme au-delà de la tombe. Job, par exemple, parle du tremblement des défunts (ou des «ombres») devant Dieu, dans le séjour des morts ; Ésaïe décrit l’accueil du roi de Babylone par les ombres défuntes dans le séjour des morts où il a été précipité ; le Lévitique et le Deutéronome condamnent toute consultation des morts, ce que le roi Saül s’est malgré tout autorisé à faire après le décès de Samuel; les défunts forment une assemblée que l’on craint de rejoindre… Mais ces textes qui parlent d’une continuation de l’être humain au-delà de la mort sont peu nombreux. Et surtout, cette mort ne se présente pas comme l’entrée dans un au-delà bienheureux, sorte de monde parallèle qui serait le reflet de la vie sur terre. Au contraire! À de nombreuses reprises, ces croyants soulignent le caractère tragique de la mort : Mes yeux sont épuisés à force de souffrir.

En réalité, si la mort est venue par un seul, le premier Adam, par un seul nous vient la vie après la mort; il s’agit bel et bien de Jésus Christ, Dieu fait homme, le second Adam pour l’humanité sauvable.

L’on est donc en droit de se demander: pourquoi mourir gratuitement alors que la Vie est pleine en Jésus qui a bravé la mort? La Bible enseigne que la mort ne sera plus. Justement, la mort connaîtra son long temps limité dans l’Eternité, parce qu’ayant connu un commencement et une fin dans le parcours sans fin. Alors, le dernier mot reviendra à la Parole qui était au commencement auprès de Dieu et même en Dieu. La Bonne Nouvelle est que, toi qui acceptes Jésus, tu saches que tu étais en Christ avant la mort dans Sa Parole.

Et en ce temps de la fin, il y a un enlèvement des vivants en Christ et des morts en Christ (après bien sûr leur résurrection). Tu dois faire partie du nombre, puisque tu as reçu la révélation de Jésus. Comment faire? Il faut écouter la Voix de Dieu qui se fait entendre dans Apocalypse 10:7 selon Malachie 4, laquelle dit ceci dans le Message intitulé ‘JE SAIS QUE MON REDEMPTEUR EST VIVANT’, Parag 10 “Et nous, nous attendons la résurrection générale dans les derniers jours, lorsque notre Seigneur reviendra.

Jusqu’à ce moment-là, Seigneur, garde-nous en santé, heureux, remplis de joie, dans l’allégresse. Que nous vivions, non pas de pain seulement, mais que toute Parole qui sort de la bouche de Dieu soit la source de notre subsistance. Accorde-nous cela, Père, car nous le demandons au Nom de Celui qui est ressuscité des morts et qui nous a donné l’assurance de notre résurrection. Amen”.

Augustin MAKENG

 

Jules Pierre Moune

Éditeur de La Plateforme, Il peut Publier et supprimer un Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 11 =


0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez